L’excellent premier semestre 2018 pour les start-ups françaises

L’écosystème start-up français se porte bien, voire très bien. Le baromètre EY de l’investissement des entreprises innovantes indique que le premier semestre de l’année 2018 a été historique et le deuxième semestre s’annonce tout aussi prometteur.

Lorsque sortait l’étude de la Coface, les investissements dans les entreprises innovantes avaient atteint 1,809 milliard d’euros pour 484 opérations sur l’année 2015. Trois ans plus tard, ce montant est dépassé sur le seul premier semestre 2018, avec 1,952 milliard d’euros pour 333 opérations.

Cette somme est également à comparer avec les montants levés au cours de la première moitié de l’année 2017. C’était ainsi 1,216 milliard d’euros qui avait été levé en 301 opérations. On constate donc une augmentation de 61% des sommes investies dans les start-ups françaises d’un semestre à l’autre. Frank Sebag, associé chez EY, note qu’il s’agit de la plus forte progression enregistrée depuis 2013. Selon lui, cette tendance permettrait d’avancer que les investissements dans les start-ups françaises dépasseront les 3 milliards d’euros d’ici la fin de l’année.

Source : Baromètre EY

Toutefois, ce sont les investissements inférieurs à 5 millions d’euros qui sont favorisés pour le moment. Bien que le ticket moyen soit passé de 4,03 millions d’euros au premier semestre 2017 à 5,86 millions d’euros au premier semestre 2018, la médiane des investissements n’est que de 2 millions d’euros.

Les plus grosses opérations ont donc tiré le ticket moyen vers le haut ; notamment les 5 premières d’entre elles, qui mobilisent à elles seules près de 20% des fonds investis en 2018. Plus largement, le doublement des levées de plus de 20 millions d’euros entre 2017 et 2018 a également eu pour conséquence de hausser le ticket moyen.

Source : Baromètre EY

Bien que les petits investissements soient privilégiés, on note que le nombre de levées de fonds supérieures à 20 millions d’euros a doublé sur un an. De plus, lorsqu’en 2017 il n’y avait que 78 investissements portant sur des séries B ou plus, en 2018 ce nombre est passé à 103 opérations, soit une augmentation de 32% en une année.

Le signe que l’écosystème français se structure progressivement et que les start-ups françaises deviennent peu à peu des scale-up.

Les services internet captent la majorité des investissements. Ce secteur est suivi par les life sciences, puis les logiciels, la technologies et enfin le gaming.

Investissements par secteur

Source : Baromètre EY

Dans le cas du gaming, les statistiques sont tirées vers le haut grâce à l’investissement le plus important de ce premier semestre 2018. En effet, 169 millions d’euros avaient été investis dans la start-up française Voodoo au mois de mai, qui se définit comme étant l’un des leaders mondiaux du jeu grand public sur mobile.

D’un point de vue géographique, l’essentiel des investissements sont concentrés dans la région Ile-de-France, où 73% des opérations de ce premier semestre ont eu lieu. La région Auvergne-Rhône-Alpes arrive en deuxième position avec 7% des investissements, suivie par la région Occitanie avec 5%. Seules les régions Normandie et Grand-Est ont connu un premier semestre 2018 plus terne que celui de 2017, avec une baisse respective de 25% et 40% des investissements en valeur.

A l’échelle européenne, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni totalisent 7 339 millions d’euros d’investissements, soit 68% du total des investissements en valeur et 63% en volume en Europe.

La France a dépassé son voisin allemand en terme de montants et de nombre d’opérations en venture capital (1,783 milliard d’euros d’investis en France pour 332 opérations contre 1,550 milliards d’euros pour 266 opérations en Allemagne), ce qui confirme la dynamique française des petits investissements. Mais l’Allemagne reste plus active pour les investissements dans les start-ups plus matures (169 millions d’euros investis pour une opération en Growth Equity en France, contre 817 millions d’euros pour 3 opérations en Allemagne).

Le Royaume-Uni reste en tête des investissements en venture capital, avec respectivement 2,284 milliards d’euros pour 320 opérations. Elle se place également en première position en nombre d’opérations en Growth Equity (736 millions d’euros pour 5 opérations).

Frank Sebag : « Si l’écosystème français n’était pas encore de taille à rivaliser avec son concurrent britannique, il se structure progressivement. Si cette tendance se confirme, et il n’y a aucune raison pour qu’il n’en soit pas ainsi, nul doute que le nombre de licornes françaises, actuellement bloqué à quatre, progresse rapidement dans les prochaines années ».

L’actualité estivale lui aura donné raison, la récente levée de fonds de Deezer (160 millions d’euros en août) faisant d’elle la cinquième licorne française.

Plus d’information sur Eldorado !

Entrepreneur & Investor — CEO & founder www.eldorado.co— I just want to drink coffee, create stuff & sleep.

Entrepreneur & Investor — CEO & founder www.eldorado.co— I just want to drink coffee, create stuff & sleep.