#COVID-19 — Quelles solutions pour la trésorerie de votre startup

Mis à jour le 6 avril— 11h00

En ces temps compliqués pour les entrepreneur(e)s, plusieurs mesures ont d’ores et déjà été mises en place par le gouvernement. Face aux risques sur l’activité économique, et donc aux baisses de trésorerie des startups, d’autres solutions pourraient être mises en oeuvre ces prochains mois. Retour sur ces risques, les mesures en place et les possibilités souhaitables.

Nous organisons à partir de lundi 23 mars, tous les jours à 11h, des webinars gratuits pour les entrepreneur(e)s et startups avec nos partenaires, afin de vous aider au mieux pendant cette période de crise.

Inscrivez-vous et partagez l’info ! Merci à nos premiers participants, Jean de La Rochebrochard, Marc Menasé, Serge Vatine, Jean Tuloup, Yonathan Arfi, et tous les autres.

Les difficultés de financement à prévoir

En ces temps incertains, les investisseurs en capitaux et les solutions de financement traditionnelles à l’innovation risquent de fonctionner au ralenti.

  1. Les investisseurs : Il est fort probable que les fonds d’investissement gèlent leur prise de décisions sur de nouveaux investissements pour les 3 prochains mois à minima. L’objectif prioritaire de ces derniers est de limiter les impacts de la crise actuelle sur les entreprises de leur portfolio (voire assurer leur survie). Les mécanismes de “bridge” pour apporter de la trésorerie aux startups de leur portefeuille seront sans doute privilégiés. A noter que les entrepreneur(e)s pourront attendre de leurs fonds un soutien sans que ces derniers en profite pour injecter des liquidités dans des conditions trop avantageuses (valorisation, conditions du pacte…)
  2. Les Business Angels sont pour la plupart impactés par la baisse des cours de bourse et vont suivre les tendances des fonds de VCs en limitant probablement leur risque. Cela dit, les plus téméraires pourront voir dans cette période des opportunités pour les prochains mois.
  3. Pour les startups souhaitant lever des fonds au premier semestre, il est conseillé de planifier une augmentation de capital en fin d’année 2020. Et de privilégier entre temps d’autres sources de financement, tout en réduisant les coûts.
  4. Les banques pourraient assurer un apport de trésorerie supplémentaire, notamment adossé à des contre-garanties de la BPI. Il sera important de bien vérifier que les taux proposés ne soient pas anormalement élevés par rapport aux prix du marché.
  5. La BPI (banque publique d’investissement) aura une responsabilité forte dans cette période pour assurer un maintien des aides à l’innovation en amorçage (subventions, avances remboursables, prêts). La BPI continue son activité classique de financement et d’investissement, et a créé en plus des dispositifs spécifiques pour subvenir aux besoins des entrepreneurs pendant la crise.
  6. L’Etat et les organismes sociaux et fiscaux pourraient mettre en place des dispositifs supplémentaires de reports d’imposition et de taxation auprès des entreprises dans le besoin. Ces dispositifs déjà existants sont listés ci-après, et des liens pour leur obtention sont à la fin de cet article. Nous le mettons régulièrement à jour.

Face à ces difficultés, il est conseillés aux entrepreneur(e)s d’anticiper un maximum : revoir les timings des levées de fonds, revoir les plans de trésorerie et se renseigner un maximum sur les solutions existantes (financements non-dilutifs, crédits bancaires). Une levée de fonds prévue pour avril sera sans doute repoussée à septembre ou octobre.

Des mesures immédiates de soutien aux entreprises

Face à l’épidémie du coronavirus, le gouvernement a mis en place des mesures de soutien immédiates aux entreprises :

  • Des délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts) : en savoir plus sur ce lien complet ainsi que sur le site de l’URSAFF ici ;
  • Dans les situations les plus difficiles, des remises d’impôts directs pouvant être décidées dans le cadre d’un examen individualisé des demandes : il est conseillé de contacter directement votre centre des impôts et/ou votre expert-comptable ;
  • Un soutien de l’État et de la Banque de France (médiation du crédit) pour négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires : un premier contact sera pris par le médiateur dans les 48 heures suivant le dépôt du dossier juste ici;
  • Octroi de la garantie Bpifrance, pour les prêts de trésorerie accordés par les banques privées françaises aux entreprises affectées par les conséquences du coronavirus (lien ici) ;
  • Prolongation des garanties classiques des crédits d’investissement, pour accompagner les réaménagements opérés par les banques, sans frais de gestion ;
  • Réaménagement des crédits moyen et long terme pour les clients Bpifrance, sur demande motivée par le contexte ;
  • Le maintien de l’emploi dans les entreprises par le dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé ;
  • L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs par le médiateur des entreprises ;
  • La reconnaissance par l’État du coronavirus comme un cas de force majeure pour ses marchés publics. En conséquence, les pénalités de retards ne seront pas appliquées pour tous les marchés publics d’État ;
  • Mesures de restructuration de dettes : une fiche pratique de France Digitale vous aidera à renégocier vos dettes. Un débiteur vous propose un échéancier de paiement ? Cette fiche pratique (cliquez ici pour la télécharger) vous donne des axes de négociation et vous dit quels sont vos droits et vos options ;
  • Pour les entreprises ayant clôturé leur exercice au 31 décembre 2019, vous avez jusqu’au 18 mai 2020 pour déposer vos comptes annuels et liasses fiscales 2019, accompagnés des demandes de remboursement du CIR 2019 qui sera accéléré pendant cette période (2 mois contre 8–12 mois environ selon nos estimations) ;
  • Suspension de paiements des échéances de prêts de Bpifrance à partir du lundi 16 mars ;
  • Possibilité d’augmentation de l’encours de crédits CT réalisés auprès de Bpifrance de 30% ;
  • La création du fonds de solidarité État-Régions d’1 milliard d’euros : 1 500 euros d’aide automatique sur simple déclaration à destination de petites entreprises de moins de 1 million d’euros de chiffres d’affaires (indépendants, micro entrepreneurs et TPE) et qui enregistrent une baisse significative de leur chiffre d’affaires de Mars 2020 par rapport à Mars 2019 ;
  • Garantie « Zéro pénalité de retard » dans les marchés publics de la Région Île-de-France : la Région Île-de-France traitera toutes les demandes de paiement en moins de 30 jours ;

Bpifrance a récemment adressé dans son plan de soutien aux entreprises de nouvelles précisions concernants les financements en cours et les nouveaux dispositifs mis en place.

Concernant les financements en cours des entreprises :

Dans le cadre de nouveaux dispositifs par Bpifrance :

  • Dispositifs de Garantie

Pour bénéficier d’une garantie Bpifrance, l’entreprise est invitée à se rapprocher directement de son banquier, qui contactera la Direction régionale Bpifrance de son territoire.

  • Garantie Renforcement de la trésorerie des entreprises

Ce dispositif permet de garantir les crédits à moyen terme mis en place par la banque pour soutenir la trésorerie ou la transformation avec augmentation de crédits court terme des banques en moyen terme.

La garantie s’adresse aux TPE, PME et ETI quelle que soit leur date de création, comprenant un taux de couverture allant jusqu’à 90% du montant des prêts et un plafond de risque de 5M€ pour les PME et 30M€ pour les ETI.

  • Garantie Ligne de Crédit Confirmé

Ce dispositif permet de garantir la mise en place ou le renouvellement de lignes de crédit court terme confirmées sur une durée de 12 ou 18 mois.

La garantie s’adresse aux TPE, PME et ETI quelle que soit leur date de création, comprenant un taux de couverture allant jusqu’à 90% des lignes confirmées par la banque et un plafond de risque de 5M€ pour les PME et 30M€ pour les ETI.

Dans le cadre des dispositifs de Financement :

L’entreprise est invitée à se rapprocher directement de la Direction régionale Bpifrance de son territoire directement ici.

  • Prêt Atout

Dans le cadre du plan de soutien d’urgence aux entreprises, Bpifrance lance le prêt Atout.

Il s’agit d’un crédit à moyen terme sans mis en place, en partenariat avec la banque, pour couvrir les besoins de trésorerie liés à la crise sanitaire de Covid-19.

Ce prêt sans sûretés réelles sur les actifs de la société ou de son dirigeant est destiné aux TPE, PME et ETI possédant 12 mois de bilan minimum.

Le montant maximum de ce prêt s’élève à 5M€ pour les PME et 30M€ pour les ETI. Sa durée est comprise entre 3 et 5 ans, dont 6 à 12 mois de différé d’amortissement du capital.

  • Prêt sans garantie Rebond Régional

En fonction de la région, un prêt sans garantie Rebond régional peut en outre être mis en place pour des montant de 10 K€ à 300 K€ selon les régions. Il est d’une durée de 7 ans avec un différé d’amortissement en capital de 2 ans.

Le Prêt Rebond est conçu pour financer :

  • les besoins de trésorerie liés à la situation conjoncturelle ;
  • l’augmentation du besoin en fonds de roulement ;
  • les investissements immatériels : coûts de mise aux normes (environnement, sécurité), recrutement et, frais de prospection, … ;
  • les investissements corporels à faible valeur de gage : matériel conçu/réalisé par l’entreprise pour ses besoins propres, matériel informatique…

Ce prêt à taux fixe préférentiel bénéficie d’une aide d’Etat, sans sûretés réelles ou personnelles, à échéances trimestrielles avec amortissement financier du capital.

Les entreprises en difficulté, selon les critères posés en droit européen, sont exclues de ce dispositif. Seules peuvent donc bénéficier des mesures ci-dessus les entreprises :

  • ne faisant pas l’objet d’une procédure collective (sauvegarde, redressement judiciaire, liquidation judiciaire) ;
  • dont les capitaux propres ne sont pas inférieurs à la moitié du capital social sur l’exercice 2018 (seul critère retenu pour les PME) ;
  • dont le ratio emprunts / capitaux propres est inférieur à 7,5 sur les exercices 2018 et 2017 ;
  • dont le ratio de couverture des intérêts sur la base de l’EBITDA est supérieur à 1.0 sur les exercices 2018 et 2017.
  • Prêt Le Maire

Nouveau dispositif sur lequel Bpifrance ne communique pas pour le moment, plus d’infos devraient arriver prochainement sur le site internet de la banque.

Il s’agit d’une ligne de crédit que les banques seraient obligées de mettre en place grâce à la garantie de 90% apportée par Bpifrance.

Pour être éligible il est nécéssaire d’avoir au moins 12 mois de bilan (si 2019 non clôturé, basé sur le bilan 2018 ou un atterrissage 2019) ET avec une notation Banque de France supérieure à 5+.

Pour un montant allant jusqu’à 25% du chiffre d’affaires, ce prêt d’une durée de 12 mois est remboursable in fine ou refinançable sur une période supplémentaire de 24 mois.

  • Prêt Garantie État

Pour faire une demande de prêt garanti par l’Etat, les entreprises ont jusqu’au 31 décembre 2020 pour se tourner vers leurs banques habituelles :

  • Entreprises de toute taille et de toute forme juridique (sociétés, commerçants, exploitants agricoles, professions libérales, micro-entrepreneurs, associations et fondations ayant une activité économique)
  • Aucun remboursement ne sera exigé la première année
  • L’entreprise peut décider d’amortir le prêt sur une durée maximale de 5 ans
  • Les sociétés civiles immobilières, les établissements de crédit et les sociétés de financement ne peuvent bénéficier de ce prêt.

Pour répondre à cette urgence économique, les banques s’engagent à :

  • Examiner l’ensemble des demandes qui leur seront adressées et à transmettre une réponse rapide aux entreprises
  • Distribuer massivement, à prix coûtant, les prêts garantis par l’Etat pour soulager sans délai la trésorerie des entreprises et des professionnels

« Les entreprises expriment leurs demandes à leur banquier ; le banquier fait sa propre analyse du sujet, accorde un prêt et sollicite une garantie auprès de Bpifrance. Et nous, on prend l’engagement en cinq jours ouvrés de donner notre réponse » Georges Planes, directeur de l’animation du réseau de Bpifrance

Par ailleurs, Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, a évoqué les impacts de la crise sanitaire et financière actuelle sur les startups (lien ici).

Le Secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O

Il vient également d’annoncer le 25 Mars un plan de 4 milliards d’euros entre Bpifrance et le Secrétariat général pour l’investissement afin de soutenir la trésorerie des startups en cette période de crise.

Suite à la crise sanitaire lié au COVID-19 qui touche le pays actuellement et ses conséquences économiques, ce plan de soutien est constitué des 4 points suivants :

1- Une enveloppe de 80 millions d’euros, financée par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) et gérée par Bpifrance, afin de financer des bridges entre deux levées de fonds

2- Des prêts de trésorerie garantis par l’Etat pouvant aller spécifiquement jusqu’à deux fois la masse salariale France 2019, ou, si plus élevé, 25 % du chiffre d’affaires annuel comme pour les autres entreprises

3- Le remboursement accéléré par l’Etat des crédits d’impôt sur les sociétés restituables en 2020, dont le crédit impôt recherche (CIR) pour l’année 2019, et des crédits de TVA

4- Le versement accéléré des aides à l’innovation du PIA déjà attribuées mais non encore versées, pour un montant total estimé de 250 millions d’euros.

Vous trouverez plus de détails juste ici.

D’autres mesures à l’étude

Diverses solutions sont étudiées actuellement pour pallier aux besoins de financement des entrepreneurs à court terme :

  • De nouveaux reports des échéances URSAFF pour le mois d’avril,
  • Le remboursement prioritaire des créances de l’Etat (CIR, CII, JEI…),
  • Un report des échéances de la CVAE, de la CFE et des échéances de TVA,
  • Un dispositif permettant le report ou l’étalement de certaines charges fixes : règlement des loyers et paiement des factures d’eau, de gaz et d’électricité,
  • Les garanties du maintien des volumes d’investissement et de financement de la BPI,
  • La garantie « Renforcement de la trésorerie Covid-19 » de la Région Île-de-France et Bpifrance,
  • La création rapide d’un fonds E-santé pour investir dans les startups du secteur et passer leurs solutions à l’échelle.

Nous mettrons cet article régulièrement à jour afin d’ajouter les mesures nouvelles prises par les pouvoirs publics.

Les équipes Eldorado mobilisées pour vous aider

N’hésitez pas à écrire à l’adresse contact@eldorado.co : en fonction de vos besoins et situations, nous essayerons au mieux de vous rediriger vers les bons interlocuteurs et vous donner les solutions adaptées à vos problématiques de financement.

Sources complémentaires :

Entrepreneur & Investor — CEO & founder www.eldorado.co— I just want to drink coffee, create stuff & sleep.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store