L’écosystème entrepreneurial français en 2020

Introduction

Confinement, couvre-feu, pivot, télétravail, records de levées de fonds… Cette année marquée par la Covid-19 a été inédite à bien des égards. Comme pour chaque crise, certains acteurs ont été favorisés, d’autres en ont pris un coup.

VUE MICRO — 2021. Un écosystème tech en pleine effervescence

1. La résilience de l’investissement dans les pépites françaises

1.1. Récapitulatif de l’investissement dans la tech

Le détail du financement et l’investissement dans les startups françaises est à retrouver dans notre article bilan annuel ici.

Top 20 des levées de fonds de 2020 (source : Eldorado)

1.2. Un niveau conséquent de capital disponible

Au niveau européen, c’est pas moins de 12.7 milliards d’euros qui ont été levés par les fonds tech VC en 2020 via 135 fonds (contre 139 fonds en 2019), c’est -8% par rapport à l’année précédente.

1.3. 2020, accélérateur ou frein ?

Alors que 91% des startups avaient déclaré sentir leur business impacté par la crise à la suite du premier confinement selon une étude de Station F, on distingue toutefois 3 groupes de startups : celles qui ont connu un ralentissement ou une mise en veille, celles qui ont pivoté ou évolué et celles qui ont été “favorisées” par la crise.

2. Un écosystème qui continue de se structurer et qui rayonne

2.1. Des nouvelles structures d’accompagnement et de soutien

La France abrite de très nombreux incubateurs, accélérateurs, pépinières et start-up studio. Selon le guide des incubateurs 2020 réalisé par Estimeo et The Machinery, on dénombre pas moins de 270 structures dans l’Hexagone.

  • 1kubator Strasbourg, cinquième ville où le réseau s’implante
  • What’s up Camille ? pour l’accompagnement des entrepreneurs de plus de 50 ans
  • Accélérateur Boost’Agro, pour accélérer des PME agroalimentaires de Bretagne
  • EnZHyme, incubateur d’entreprises rurales et solidaires en Bretagne
  • Accélérateur Aix-Marseille-Provence lancé par Bpifrance et la Métropole Aix-Marseille-Provence
  • Annabelle Bignon et Agnès Alazard ont lancé Maria Schools, le campus pour former les français aux métiers de demain

2.2. Les grandes dates de l’écosystème

CES. Plus de 200 start-up françaises étaient présentes au Consumer Electronic Show de Las Vegas du 7 au 10 janvier. 5 d’entres elles ont été récompensées : Meyko, le robot compagnon pour aider les enfants à prendre leur traitement médical, BassMe qui rend immersive l’écoute musicale, Caremitou, une litière connectée pour la santé de son chat, BeFC, la pile écologique à base de papier, de sucre et d’enzyme, et Hap2U qui offre une nouvelle dimension aux écrans tactiles. Le CES 2021 sera quant à lui organisé en format virtuel.

3. Le top 20 des personnalités incontournables de la tech en France en 2020

Cedric O. Le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques a été omniprésent en 2020 pour soutenir et faire rayonner l’écosystème.

4. L’activité de M&A

Le détail des exits des les startups françaises est à retrouver dans notre article bilan annuel ici.

  1. 🧘 Inicea acquis par Korian (360m€) : opérateur psychiatrique privé
  2. 🍴 Acrelec acquis par Glory (223m€) : constructeur de bornes de commande libre-service pour établissements de restauration
  3. 🤑 IGraal acquis par Global Savings Group (124m€) : solution cashback
  4. 🏛️ Shine acquis par Société Générale (100m€) : néobanque pour professionnels
  5. Microwave Vision acquis par HLD (90m€) : visualisation des ondes électromagnétiques
  6. 🌱 Bio c’ Bon acquis par Carrefour (60m€) : supermarché bio
  7. 🧃 Can Packaging acquis par Sonoco (41,7m€) : fabricant d’emballages en carton
  8. 🔥 Djeep acquis par Groupe Bic (40m€) : fabricant de briquets
Le top 10 des opérations de M&A en France en 2020 (source : Eldorado)

VUE MACRO — 2021. Un environnement des plus challengeants pour les entrepreneurs

1. Un momentum certain pour la création d’entreprises et d’emplois

Les années se suivent et se ressemblent pour la création d’entreprises en France. Après une progression de 17% du nombre d’entreprises créées en 2018 et de 18% en 2019, tout porte à croire que la croissance sera à nouveau à deux chiffres pour 2020. Il y a certes eu d’importants ralentissements observés lors des confinements mais les recrutements ont continué à distance. France digitale a d’ailleurs lancé les mouvements “confiné mais recruté” à l’occasion des deux confinements. De manière globale, la création d’emplois suit la tendance des levées de fonds. Plus nous avons de fonds levés, plus grand est le nombre d’emplois créés au sein de l’écosystème.

  1. FGuBox le compteur d’abonnés en direct pour réseaux sociaux récolte 454 votes
  2. Riskee, la première assurance 100% en ligne pour les indépendants récolte 449 votes
  3. VISION Automobile Paris, la maison de haute couture automobile récolte 396 votes
  4. Teamii, le nouveau partenaire RH pour améliorer la satisfaction et l’engagement de ses collaborateurs récolte 337 votes
  5. Nono, le premier service de location de batteries portables pour smartphones récolte 297 votes
  6. Delekt., le service de livraison de repas 100% fait-maison préparés par les chefs de votre quartier récolte 252 votes
  7. QuickMS, la solution SaaS qui révolutionne le monde du pilotage RH récolte 242 votes
  8. Monitorize, la solution SaaS de veille concurrentielle automatisée pour les e-commerçants et les marques récolte 236 votes
  9. Rentli, le service clé en main de location de meubles pour simplifier votre emménagement récolte 233 votes
  1. PayFit (469, 89,5€)
  2. Papernest (434, 10m€)
  3. Shine (360, 10,8m€)
  4. Qonto (309, 136m€)
  5. Blade (307, 95,2m€)
  6. Alan (292, 125m€)
  7. Frichti (279, 50,2m€)
  8. Klaxoon (260, 48m€)
  9. Comet (250, 13m€)
  10. Spendesk (243, 61,3m€)
  11. Swile (204, 114m€)
  12. Brut. (224, 46,4m€)
  13. Qare (209, 28m€)
  14. Exotec (163, 100m€)
  15. Singulart (160, 12,6m€)

2. Les institutions publiques au renfort

L’année 2020 aura été synonyme de pandémie pour le monde entier. Des entreprises, des populations et des pays entiers se sont tour à tour mis à l’arrêt, pour se confiner, tout en laissant une économie également à l’arrêt, pour préserver la santé de chacun. L’économie mondiale s’est en effet contractée de près de 5% en 2020 et si l’on devait comparer ce choc à des évènements du siècle dernier, il n’y a que deux cas d’aussi grande envergure : les conséquences de la crise financière de 1929, et le réveil de 1945 après la capitulation du Japon et de l’Allemagne mettant fin à la seconde guerre mondiale.

2.1. En France

Pour l’économie et plus précisément, ici, pour le monde des startups, l’Etat Français a su sauver, jusqu’à maintenant, le navire d’un naufrage certain, comme en témoigne le rapport State of European Tech du fond européen Atomico. Grâce à des aides publiques qui s’inscrivent dans une politique de soutien de l’investissement à long terme, la France est le seul pays du trio de tête formé avec l’Allemagne et le Royaume-Uni à avoir vu ses investissements progresser en 2020, pour avoisiner les 5,5 milliards d’euros comme le montre la figure suivante.

2.2. En Europe

A l’issue du premier confinement, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a proposé la création d’un fonds de garanties paneuropéen, lequel est garanti par les 27 Etats membres de l’UE à hauteur de 25 milliards d’euros et afin de déployer 200 milliards d’euros pour faire face à la crise du coronavirus en assurant les liquidités et l’investissement des PME de l’Union. Disperser les risques à l’échelle de l’Europe semble être une bonne initiative, qui, de surcroît, vient renforcer les dispositifs nationaux pour lutter contre la pandémie.

2.3. Aides traditionnelles à l’export

En transition avec ce contexte international, passons par un récapitulatif succinct des aides à l’export. Si vous aller à l’export, voici les aides auxquelles s’intéresser :

  • Le fonds d’études et d’aide au secteur privé ou FASEP Etudes de la direction générale du Trésor pour 100 à 800 K€ ;
  • Le FASEP Innovation Verte également pour 100 à 800 K€ ;
  • Le Prêt Croissance International de Bpifrance pour 30 K€ à 5 M€ ;
  • L’Assurance Prospection à l’International pour se couvrir en cas de perte liée à un échec commercial ;
  • Les Prêts et outils proparco de l’Agence Française du Développement et proparco pour les sociétés qui créent des emplois décents et qui luttent contre le changement climatique.

3. L’internationalisation des entreprises à l’épreuve

3.1. L’export dans le cadre du Plan de Relance

Un communiqué de presse de décembre 2020 du gouvernement a prolongé et renforcé les mesures de soutien aux entreprises françaises qui exportent. En effet, pour sécuriser les finances des PME et ETI qui souhaitent vendre à l’export, les modalités de l’assurance prospection ont été modifiées et s’inscrivent dans le Plan de Relance, ainsi, l’avance de l’assurance prospection passe de 50% à 70% et la durée de prospection est rallongée d’un an. De plus, le rehaussement des quotités garanties à 90 % pour les garanties des cautions et préfinancements, sera maintenu jusqu’à la fin de l’année 2021.

  • Le “Chèque Relance Export” qui prend en charge 50% des frais de participation à un salon international. L’objectif du dispositif, lancé le 01/10/2020 est de soutenir 15 000 entreprises ;
  • Le “Chèque VIE” qui vise à soutenir 3 000 VIE aidés à hauteur de 5000€ à partir du 01/01/2021 ;
  • Le doublement de l’enveloppe du FASEP qui atteint un plafond de 50 M€.

3.2. Relocalisation de l’industrie

De l’internationalisation à la relocalisation, c’est une histoire de tendance mais surtout de constat et de choix. Si certains secteurs s’exportent, d’autres en effet, sont appelés à revenir et c’est notamment la promesse de l’industrie 4.0 dont on espère qu’elle aidera à faire revenir les lignes de production tout en accélérant la transformation numérique de l’industrie française. La crise sanitaire a fait émerger un constat sidérant selon lequel nous avons été et sommes encore dépendant de l’étranger, de la Chine en particulier, sur la production aussi élémentaire de masques chirurgicaux. Le cas est anecdotique mais combien significatif pour des pans entiers de notre industrie. Le plan “France Relance” vise à bâtir la France de 2030. Au total 31 projets de relocalisation industrielle sont soutenus dans le cadre de France Relance pour un montant total de 680 M€. Par exemple, ErgoSanté qui fabrique des sièges de bureaux et des exosquelettes, a reçue une subvention de 800 000€ pour internaliser et relocaliser sa production dans le Gard, ou encore le groupe Lesaffre investit 300 M€ sur son site de production près de Valenciennes pour fabriquer des molécules qui soulagent l’arthrose. La cartographie des projets soutenus dans le cadre de France Relance, est visible ci-dessous.

4. Le renouveau pour 2021 ?

4.1. Les tendances technologiques et le renouveau

Chaque année de nombreux organismes publient les tendances technologiques. Parmi les plus attendus, il y a le rapport Gartner sur les technologies disruptives. Gartner publie sa “hype cycle” des technologies émergentes tout en dégageant les grosses tendances. Selon Gartner, l’année 2021 est ainsi attendue sur 9 tendances technologiques :

  • L’”expérience totale” pour survivre à l’expérience utilisateur;
  • La vie privée numérique ;
  • Le cloud distribué ;
  • La flexibilité des entreprises et le travail à distance ;
  • Le maillage de la cybersécurité ;
  • Le business intelligent et « composable » ;
  • L’ingénierie de l’intelligence artificielle ;
  • L’hyper-automatisation.
Plus d’informations et téléchargement de la publication de Gartner ici.

4.2. Les cryptomonnaies

A l’heure où nous écrivons, la célèbre cryptomonnaie bitcoin a atteint un nouveau record en dépassant le cap des 40 000 dollars. Très volatile, le bitcoin a néanmoins progressé de 300% en 2020. L’année aura également marqué l’intérêt de Paypal pour le secteur de la cryptomonnaie malgré les sentiments contrariés que ces monnaies numériques peuvent susciter. Par ailleurs, la Banque Centrale Européenne se prépare au lancement d’un euro numérique. Entre angoisse et euphorie, les monnaies numériques n’ont pas fini de faire parler d’elles !

4.3. Open innovation : la collaboration entre grand groupe et startup

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, cette année a été positive pour l’Open innovation. Moins d’une entreprise sur cinq déclare que la crise a été un frein pour leurs démarches. Pour 40% d’entres elles, la crise aurait même été un accélérateur (source : Étude Maddyness ReInvent)

  • La Redoute et Cocolis transportent vos colis ;
  • Le laboratoire Bayer et Gencovery s’associent pour faire avancer la recherche en biologie fongique ;
  • La fondation SFR et WeTechCare lancent une plateforme de bénévolat nommé “Le Déclic” ;
  • Carrefour et Mirakl permettent aux petits commerçants de l’alimentation d’accéder à la marketplace du distributeur pendant le confinement.

4.4. La crise financière après la crise sanitaire

Paradoxalement à la crise et aux coups d’arrêts qu’a subit l’économie en 2020, les défaillances d’entreprises sont en chute depuis le début de la pandémie. En effet, le taux de défaillance a diminué de 29% pour le PME en novembre 2020 par rapport à novembre 2019. Un rapport de France Stratégie, explique que si les défaillances ont pu diminuer grâce aux aides de l’Etat dans le contexte particulier du Covid, une forte augmentation est à anticiper en 2021 pour 3 raisons :

  • le baisse de l’activité économique suite à la pandémie ;
  • l’accumulation de dettes.

Conclusion

L’année 2020 fut un véritable test pour la French Tech. Malgré les deux confinements, les nouveaux modes de travail et l’absence de visibilité, l’écosystème a tenu bon et a même signé quelques records prometteurs pour les années à venir. Cette résilience est le fruit de l’agilité des porteurs de projets mais aussi et surtout du collectivisme. Tous ensemble, nous devons continuer d’innover pour construire un écosystème bienveillant, juste et performant.

Bibliographie

Bilan annuel du financement 2020 Eldorado

Entrepreneur & Investor — CEO & founder www.eldorado.co— I just want to drink coffee, create stuff & sleep.

Entrepreneur & Investor — CEO & founder www.eldorado.co— I just want to drink coffee, create stuff & sleep.